Étude PLATforM : étude de phase 2 randomisée évaluant l’efficacité et la sécurité de nouvelles associations de traitements comprenant le spartalizumab (PDR001) chez des patients ayant un mélanome non ...

Update Il y a 3 ans
Reference: RECF3633

Étude PLATforM : étude de phase 2 randomisée évaluant l’efficacité et la sécurité de nouvelles associations de traitements comprenant le spartalizumab (PDR001) chez des patients ayant un mélanome non résécable ou métastatique préalablement traité.

Woman and Man | 18 years and more

Extract

Le mélanome est un cancer de la peau qui se développe à partir des cellules appelées mélanocytes. Il représente 10 % des cas de cancer de la peau. Si le mélanome est détecté à un stade précoce, une intervention chirurgicale est curative dans la plupart des cas. En revanche, s’il n’est pas traité à temps, le mélanome peut évoluer vers un cancer invasif puis métastatique. Les principaux traitements pour les patients ayant un mélanome non opérable ou métastatique incluent la chimiothérapie, l’immunothérapie et les thérapies ciblées. Le spartalizumab, le LAG525 et le canakinumab sont des nouveaux traitements d’immunothérapie à l’étude. L’efficacité du spartalizumab associé au LAG525 a été raportée pour le traitement de tumeurs solides et l’efficacité du canakinumab a été démontrée pour le traitement d’autres maladies que le cancer. Le capmatinib est un nouveau traitement de thérapie ciblée qui pourrait renforcer l’efficacité de traitements d’immunothérapie dans le traitement de certains cancers. L’objectif de cette étude est d’évaluer l’efficacité et la sécurité de nouvelles associations de traitements comprenant le spartalizumab chez des patients ayant un mélanome non résécable ou métastatique préalablement traité. L’étude comportera deux parties : Lors de la partie 1 (évaluation de l’efficacité préliminaire), les patients seront répartis de façon aléatoire en 3 groupes. Les patients du premier groupe recevront du spartalizumab le premier jour de chaque cure, associé à du LAG525. Le traitement sera répété toutes les 4 semaines jusqu’à la progression ou intolérance au traitement. Les patients du deuxième groupe recevront du spartalizumab le premier jour de chaque cure, associé à du capmatinib 2 fois par jour. Le traitement sera répété toutes les 4 semaines jusqu’à la progression ou intolérance au traitement. Les patients du troisième groupe recevront du spartalizumab le premier jour de chaque cure, associé à du canakinumab. Le traitement sera répété toutes les 4 semaines jusqu’à la progression ou intolérance au traitement. Des groupes supplémentaires évaluant d’autres associations incluant le spartalizumab pourront être ajoutés au cours de l’étude. Lors de la partie 2 (phase d’expansion), les patients pour lesquels le traitement aura montré une efficacité prometteuse lors de la partie 1 continueront leur traitement. Les patients seront revus pour une évaluation de la tumeur tous les 2 mois pendant 1 an puis toutes les 12 semaines jusqu’à progression de la maladie. Ils seront également suivis pour l’innocuité tous les mois pendant 5 mois après la fin du traitement puis seront suivis tous les 3 mois pendant 3 ans.


Scientific Abstract

Il s’agit d’une étude de phase 2 randomisée, en groupes parallèles et multicentrique. L’étude comporte deux parties : Partie 1 (évaluation de l’efficacité préliminaire) : les patients sont randomisés en 3 bras. - Bras A : les patients reçoivent du spartalizumab en IV à J1 en association avec du LAG525 en IV à J1. Le traitement est répété toutes les 4 semaines jusqu’à progression de la maladie ou survenue de toxicités. - Bras B : les patients reçoivent du spartalizumab en IV à J1 en association avec du capmatinib PO deux fois par jour. Le traitement est répété toutes les 4 semaines jusqu’à progression de la maladie ou survenue de toxicités - Bras C : les patients reçoivent du spartalizumab en IV à J1 en association avec du canakinumab en SC à J1. Le traitement est répété toutes les 4 semaines jusqu’à progression de la maladie ou survenue de toxicités. Des groupes supplémentaires évaluant d’autres associations incluant le spartalizumab peuvent être ajoutés au cours de l’étude. Partie 2 (phase d’expansion) : les patients pour lesquels le traitement a montré une efficacité prometteuse lors de la partie 1 continuent leur traitement. Les patients sont revus pour une évaluation de la tumeur tous les 2 mois pendant 1 an puis toutes les 12 semaines jusqu’à progression de la maladie. Ils sont également suivis pour l’innocuité tous les mois pendant 5 mois après la fin du traitement puis sont suivis tous les 3 mois pendant 3 ans.;


Primary objective

Évaluer l’efficacité.;


Secondary objective

Évaluer la durée de la réponse. Évaluer la survie sans progression et le taux de contrôle de la maladie. Evaluer la survie globale. Caractériser l’innocuité et la tolérance. Caractériser la prévalence et l’incidence de l’immunogénicité du spartalizumab, du LAG525 et du canakinumab pour chaque association de traitements. Évaluer les changements dans les niveaux et le phénotype des populations de lymphocytes T dans la tumeur et son microenvironnement.


Inclusion criteria

  • Âge ≥ 18 ans.
  • Mélanome confirmé histologiquement, non résécable ou métastatique de stade IIIB/C/D ou IV d’après la classification AJCC édition 8.
  • Mélanome non résécable ou métastatique préalablement traité avec au moins une lésion tumorale mesurable selon les critères RECIST v1.1 et au moins une lésion appropriée pour les biopsies appariées obligatoires.
  • Traitement antérieur anti-PD-1/PD-L1 en monothérapie ou associé à un traitement anti-CTLA-4 pour les patients BRAFV600 non muté et traitement antérieur anti-PD-1/PD-L1 en monothérapie ou associé à un traitement anti-CTLA-4 et traitement inhibiteur de BRAFV600 en monothérapie ou associé à un inhibiteur de MEK pour les patients BRAFV600 muté.
  • Biopsie de la tumeur réalisée à la sélection.
  • Indice de performance ≤ 2 (OMS).
  • Fonction hématologique : polynucléaires neutrophiles ≥ 1,5 × 109/L, plaquettes ≥ 75 × 109/L et hémoglobine ≥ 9 g/dL.
  • Fonction hépatique : transaminases ≤ 3,0 x LNS (ou ≤ 5,0 x LNS en cas de métastases hépatiques).
  • Fonction biliaire : bilirubine totale ≤ 1,5 x LNS.
  • Fonction rénale : créatinine sérique
  • Pour le groupe 2, fonction pancréatique : lipase sérique ≤ LNS, amylase sérique
  • Pour le groupe 2, fonction cardiaque : intervalle QT corrigé
  • Contraception efficace pendant la durée de l’étude et pendant au moins 150 jours après la fin du traitement à l’étude pour les femmes en âge de procréer et utilisation du préservatif pour les hommes pendant la durée de l’étude et pendant au moins 30 jours après la fin du traitement à l’étude.
  • Test de grossesse sérique négatif dans les 3 jours précédant le début du traitement à l’étude.
  • Patient bénéficiaire ou affilié à un régime de sécurité sociale.
  • Consentement éclairé signé.

Non-Inclusion Criteria

  • Métastases cérébrales cliniquement instables ou actives.
  • Maladie auto-immune active, connue ou suspectée ou antécédents documentés de maladie auto-immune.
  • Infection active nécessitant une antibiothérapie systémique.
  • Antécédents ou présence de maladie pulmonaire interstitielle ou de pneumopathie inflammatoire non-infectieuse.
  • Mélanome muqueux ou uvéal.
  • Autre cancer que celui traité dans le cadre de l’étude, à l’exception des tumeurs traitées de manière curative et n’ayant pas récidivé dans les 2 ans précédant le début du traitement à l’étude, des carcinomes cutanés spinocellaires ou basocellulaires complètement réséqués et de tout carcinome in situ complètement réséqué.
  • Vaccin vivant anti-infectieux dans les 4 semaines précédant le début du traitement à l’étude.
  • Traitement chronique systémique par des corticoïdes (> 10 mg/jour de prednisone ou équivalent) ou traitement immunosuppresseur dans les 7 jours précédant le début du traitement à l’étude.
  • Greffe de moelle osseuse allogénique ou transplantation préalable d’organe solide.
  • Toxicités non revenues à un grade ≤ 1 liées à un traitement anticancéreux antérieur.
  • Antécédents d’hypersensibilité à l’un des traitements à l’étude.
  • Patient privé de liberté, sous tutelle ou curatelle.
  • Sérologie VIH, VHB ou VHC positive.
  • Femmes enceintes ou en cours d’allaitement.
  • POUR LE GROUPE 2 :
  • Trouble fonctionnel gastro-intestinal ou maladie gastro-intestinale pouvant altérer de manière significative l’absorption du capmatinib.
  • Antécédents ou présence d’anomalies des électrocardiogrammes indiquant un risque significatif pour la sécurité du patient.
  • Antécédents d’infarctus du myocarde, d’angor ou de pontage aorto-coronarien dans les 6 mois précédant le début du traitement à l’étude.
  • Administration de médicaments connus pour allonger l’intervalle QT sauf s’ils peuvent être interrompus pendant toute la durée de l’étude.
  • Inducteurs forts de CYP3A4 ne peuvant pas être interrompus ou remplacés au moins 1 semaine avant le début du traitement à l’étude et pendant toute la durée de l’étude.