Étude B-PRECISE-01 : étude de phase 1b évaluant la sécurité d’emploi et la tolérance du MEN1611 associé à du trastuzumab avec ou sans fulvestrant , chez des patientes ayant un cancer du sein, avancé o...

Update l'année dernière
Reference: RECF3777

Étude B-PRECISE-01 : étude de phase 1b évaluant la sécurité d’emploi et la tolérance du MEN1611 associé à du trastuzumab avec ou sans fulvestrant , chez des patientes ayant un cancer du sein, avancé ou métastatique, HER2 positif et avec la mutation du gène PIK3CA.

Woman and Man | 18 years and more

Extract

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. Il résulte d'un dérèglement de certaines cellules qui se multiplient et forment le plus souvent une masse appelée tumeur. Les cellules cancéreuses peuvent rester dans le sein ou se propager dans d’autres organes : on parle alors de métastases. Le récepteur HER2 contrôle une protéine située à la surface des cellules, qui intervient dans la croissance cellulaire. Lorsque le gène HER2 change, il devient surexprimé et favorise le développement d’une tumeur. En cas de cancer HER2 positif, un traitement par trastuzumab sera proposé. Ce traitement se fixe aux HER2 surexprimés, et interrompt la croissance du cancer. L'oestrogène et la progestérone sont des hormones exprimées chez les femmes qui peuvent favoriser la croissance de certaines cellules, dont celles du cancer du sein. Des récepteurs de ces hormones se trouvent à la surface ou à l’intérieur des cellules normales du sein et de certains types de cellules cancéreuse du sein. Lorsque les récepteurs hormonaux ont un statut positif un traitement par hormonothérapie avec du fulvestrant, est instauré pour ralentir ou interrompre la croissance des cellules cancéreuses. Les mutations de PIK3CA représentent l'une des erreurs génétiques les plus courantes dans le cancer du sein. Le MEN1611 est un inhibiteur qui cible la voie de la PIK3 dans le traitement de cancer du sein présentant une telle mutation. L’objectif de cette étude est d’évaluer la sécurité et la tolérance du MEN1611 associé à du trastuzumab avec ou sans fulvestrant chez des patientes ayant un cancer du sein avancé ou métastatique, HER2 positif et avec la mutation du gène PIK3CA. L’étude se déroulera en 2 étapes. Lors de la 1re étape, les patientes recevront du MEN1611 2 fois par jour associé à du trastuzumab 1 fois par semaine. La dose de MEN1611 sera régulièrement augmentée par groupe de patientes afin de déterminer la dose la mieux adaptée à administrer lors de la 2e étape. Les patientes en postménopause et ayant un cancer du sein HR positif recevront également du fulvestrant 1 fois par mois. Le traitement sera répété pendant 28 jours en l’absence de progression ou d’intolérance au traitement. . Lors de la 2e étape, les patientes recevront du MEN1611 2 fois par jour à la dose la mieux adaptée déterminée lors de la 1re étape, associé à du trastuzumab 1 fois par semaine. Les patientes en postménopause et ayant un cancer du sein HR positif recevront également du fulvestrant 1 fois par mois. Le traitement sera répété pendant 28 jours en l’absence de progression de la maladie ou d’intolérance au traitement. Les patientes seront suivies pendant une durée maximale de 2 ans après le début de l’étude.


Scientific Abstract

Il s’agit d’une étude de phase 1b, séquentielle et multicentrique. L’étude se déroule en 2 étapes. Étape 1 (escalade de dose) : les patientes reçoivent du MEN1611 PO 2 fois par jour selon un schéma d’escalade de dose, associé à du trastuzumab IV 1 fois par semaine. Les patientes en postménopause et ayant un cancer du sein HR positif reçoivent également du fulvestrant IM 1 fois par mois. Le traitement est répété pendant 28 jours en l’absence de progression de la maladie ou de toxicités. Étape 2 (expansion de cohorte) : les patientes reçoivent du MEN1611 PO 2 fois par jour à la dose recommandée établie lors de l’étape 1, associé à du trastuzumab IV 1 fois par semaine. Les patientes en postménopause et ayant un cancer du sein positif aux récepteurs hormonaux reçoivent également du fulvestrant IM 1 fois par mois. Le traitement est répété pendant 28 jours en l’absence de progression de la maladie ou de toxicités. Les patientes sont suivies pendant une durée maximale de 2 ans après l’inclusion.;


Primary objective

Évaluer la dose maximum tolérée et la dose recommandée pour la phase 2.;


Secondary objective

Évaluer les effets indésirables liés au traitement. Évaluer la survie sans progression. Évaluer la survie globale.


Inclusion criteria

  • Femme d’âge ≥ 18 ans.
  • Adénocarcinome du sein invasif confirmé histologiquement, statut HER2 positif connu, cancer du sein avancé ou métastatique présentant la mutation PIK3CA sur un échantillon de tissu, maladie en progression prouvée radiologiquement.
  • Cancer du sein traité par au moins deux lignes de traitement à base d'anti-HER2 avec au moins un schéma thérapeutique avec du trastuzumab.
  • Indice de performance ≤ 2 (OMS).
  • Espérance de vie ≥ 12 semaines.
  • Consentement éclairé signé.

Non-Inclusion Criteria

  • Métastases cérébrales traitées dans les 4 semaines précédant le début de l’étude, cliniquement stables et ne nécessitant pas de corticostéroïdes.
  • Antécédents de maladie intestinale cliniquement significative.
  • Diabète sucré non contrôlé.
  • Diarrhée de grade ≥ 2.
  • Antécédents de maladie cardiovasculaire grave, non contrôlée ou active.
  • Traitement chronique concomitant par corticoïdes ou par tout autre immunosuppresseur.
  • Traitement antérieur avec des inhibiteurs de PI3K.
  • Toute maladie psychiatrique ou neurologique préexistante grave et/ou instable ou toute autre condition pouvant nuire à la sécurité de la patiente.
  • Femme enceinte ou en cours d’allaitement.