Étude EV-301 : étude de phase 3 randomisée comparant l’efficacité de l’enfortumab vedotin par rapport à celle du docétaxel, de la vinflunine ou du paclitaxel chez des patients ayant un cancer de l'uro...

Update Il y a 3 ans
Reference: RECF3607

Étude EV-301 : étude de phase 3 randomisée comparant l’efficacité de l’enfortumab vedotin par rapport à celle du docétaxel, de la vinflunine ou du paclitaxel chez des patients ayant un cancer de l'urothélium localement avancé ou métastatique.

Woman and Man | 18 years and more

Extract

Le carcinome urothélial est le type le plus fréquent de cancer de la vessie, il représente plus de 90% de tous les cancers de la vessie. Le carcinome urothélial, aussi appelé carcinome transitionnel aussi appelé épithélium transitionnel, est le revêtement interne de la vessie, des uretères et de l’urètre ainsi que du bassinet du rein, soit la partie du rein qui recueille l’urine. Le carcinome urothélial invasif se développe du revêtement de la vessie jusque dans les couches profondes de la paroi de cet organe et peut se propager (métastases) à d’autres parties du corps Le risque d'avoir un jour un cancer de la vessie augmente avec l'âge, il se manifeste habituellement chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Pour le cancer de la vessie avancé ou métastatique il peut être proposé une immunothérapie comme deuxième ligne de traitement après une première ligne de chimiothérapie. L’enfortumab vedotin est composé d'un anticorps monoclonal anti-nectin-4 fixé à un agent de destruction cellulaire synthétique, le monométhyl auristatine. L’enfortumab vedotin est le premier agent à cibler la nectine-4, qui est une protéine exprimée sur de nombreuses tumeurs solides, avec une expression particulièrement uniforme sur les cancers de la vessie. Le docétaxel est un traitement qui interfère avec la division cellulaire. La vinflunine induit un arrêt du cycle cellulaire et favorise la mort cellulaire par apoptose. Le paclitaxel agit en ralentissant ou en bloquant la croissance des cellules cancéreuses, il s’emploie seul ou en association avec d’autres médicaments. L’objectif de cette étude est de comparer l’efficacité de l’enfortumab vedotin par rapport à celle du docétaxel, de la vinflunine ou du paclitaxel chez des patients ayant un cancer de l'urothélium localement avancé ou métastatique. Les patients seront répartis de façon aléatoire en 2 groupes. Les patients du 1er groupe recevront de l’enfortumab-vedotin le premier, le huitième et le quinzième jour de chaque cure. Le traitement sera répété tous les 28 jours en l’absence de progression et d’intolérance. Les patients du 2ème groupe recevront du docétaxel, de la vinflunine ou du paclitaxel, selon le schéma thérapeutique déterminé avant le début de l’étude, le premier jour de chaque cure. Le traitement sera répété tous les 21 jours en l’absence de progression et d’intolérance. Les patients sont suivis pendant une durée maximale de 36 mois après le début de l’étude.


Scientific Abstract

Il s’agit d’une étude de phase 3, randomisée, en groupes parallèles et multicentrique Les patients sont randomisés en 2 bras : - Bras A : les patients reçoivent de l’enfortumab vedotin IV à J1, J8 et J15. Le traitement est répété tous les 28 jours, en l’absence de progression de la maladie ou de toxicités. - Bras B : les patients reçoivent du docétaxel IV, de la vinflunine IV ou du paclitaxel IV, selon le schéma thérapeutique déterminé avant la randomisation, à J1 de chaque cure. Le traitement est répété tous les 28 jours en l’absence de progression de la maladie et de toxicités. Les patients sont suivis pendant une durée maximale de 36 mois après l’inclusion.;


Primary objective

Évaluer la survie globale à 36 mois.;


Secondary objective

Évaluer la survie sans progression dans le traitement à l'étude selon les critères RECIST V1.1. Évaluer le taux de réponse global selon les critères RECIST V1.1. Évaluer la durée de réponse selon les critères RECIST V1.1. Évaluer le taux de contrôle de la maladie. Évaluer la sécurité évaluée à partir des événements indésirables et par électrocardiogramme à 12 dérivations. Évaluer le nombre de patient ayant des anomalies de laboratoire et/ou d’évènements indésirables. Évaluer le nombre de patient ayant des anomalies des signes vitaux et/ou d’évènements indésirables. Évaluer par la qualité de vie à l’aide du questionnaire QLQ-C30 et EQOL-5D-L.


Inclusion criteria

  • Âge ≥ 18 ans.
  • Carcinome urothélial confirmé histologiquement ou cytologiquement (cancer de la vessie, du bassinet du rein, de l'uretère ou de l'urètre). Carcinome urothélial transitionnel avec une différenciation épidermoïde ou des types de cellules mixtes.
  • Progression radiographique ou rechute pendant ou après un traitement par anti-PD-1, anti-PD-L1, pour une maladie localement avancée ou métastatique.
  • Traitement néoadjuvant ou adjuvant à base platine (cisplatine ou carboplatine) en pour une maladie métastatique / localement avancée qui doit avoir progressé dans les 12 mois suivant son achèvement.
  • Echantillon de tissu tumoral archivé disponible ou nouvel échantillon de tissu.
  • Indice de performance ≤ 1 (OMS).
  • Fonction hématologique : polynucléaires neutrophiles ≥ 1,5 x 109/L, lymphocytes ≥ 0,5 x 109/L, leucocytes ≥ 3,0 x 109/L, plaquettes ≥ 100 x 109/L et hémoglobine ≥ 9 g/dL.
  • Fonction hépatique : bilirubine sérique ≤ 1,5 x LNS (≤ 3 x LNS dans le cas de syndrome de Gilbert), et transaminases ≤ 2,5 x LNS (≤ 3 x LNS dans le cas de métastase hépatique).
  • Fonction rénale : clairance de la créatinine ≥ 30 mL/min par 24h.
  • Contraception efficace pour les patients en âge de procréer pendant la durée de l’étude et au moins pendant 6 mois après la fin de du traitement à l’étude.
  • Test de grossesse urinaire ou sérique négatif dans les 7 jours précédant le début du traitement à l’étude.
  • Consentement éclairé signé.

Non-Inclusion Criteria

  • Métastases du système nerveux central (SNC) actives ; elles sont autorisées dans l’étude si : cliniquement stables depuis au moins 6 semaines avant le dépistage, corticostéroïde nécessaire pour traiter les métastases, dose stable ≤ 20 mg / jour de prednisone ou l’équivalent pendant au moins 2 semaines, aucune preuve de métastases cérébrales nouvelles ou élargies à la baseline et pas de maladie leptoméningée.
  • Kératite active ou des ulcérations de la cornée.
  • Diabète type 2 non contrôlé dans les 3 mois précédant, défini comme une hémoglobine A1C (HbA1c) ≥ 8 % ou un taux de HbA1c compris entre 7 et
  • Troubles médicaux sérieux ou non contrôlés.
  • Autre tumeur maligne trois ans avant la première dose du médicament à l'étude, ou tout signe de maladie résiduelle d'une tumeur maligne déjà diagnostiquée. Cancer de la peau sans mélanome, cancer de la prostate localisé traité avec une intention curative sans signe de progression, cancer de la prostate localisé à risque faible ou très faible (selon les directives standard) sous surveillance active et sans intention de traitement, ou carcinome in situ de tout type (si la résection complète a été effectuée) sont autorisés.
  • Infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque congestive NYHA ≥ 3, angor instable, accident vasculaire cérébral ou accident ischémique transitoire.
  • Traitement antimicrobien systémique contre les infections virales, bactériennes ou fongiques pendant le traitement par enfortumab vedotin. Une prophylaxie antimicrobienne systématique est autorisée.
  • Traitement par plus d’une ligne de chimiothérapie pour le cancer urothélial localement avancé ou métastatique, y compris une chimiothérapie adjuvante ou néo-adjuvante si une récidive est survenue dans les 12 mois suivant la fin du traitement. Le remplacement du cisplatine par le carboplatine ne constitue pas un nouveau schéma thérapeutique, à condition qu'aucun nouvel agent chimiothérapeutique n'ait été ajouté au schéma thérapeutique.
  • Traitement avec l’enfortumab vedotin ou d'autres médicaments avec de la monométhyl auristatine E.
  • Chimiothérapie pour le cancer urothélial avec, le paclitaxel, le docétaxel et la vinflunine.
  • Participation en cours à une autre recherche clinique ou traitement avec un agent expérimental ou utilisation d’un dispositif expérimental dans les 4 semaines précédant l’inclusion.
  • Chimiothérapie, produits biologiques, des agents expérimentaux et /ou un traitement antitumoral par immunothérapie non achevé 2 semaines avant l’étude.
  • Radiothérapie ou une chirurgie majeure dans les 4 semaines précédant l’étude.
  • Toxicités non revenues à un grade
  • Toxicités non résolues liées à une intervention chirurgicale dans les 14 jours précédant la randomisation ou le début du traitement à l’étude.
  • Hypersensibilité connue à l’enfortumab-vedotin ou à l'un des excipients contenus dans la formulation médicamenteuse de l’enfortumab vedotin ; ou hypersensibilité connue aux produits biopharmaceutiques produits dans les cellules d'ovaire de hamster chinois.
  • Hypersensibilité à la substance active ou à tout excipient du paclitaxel, du docétaxel ou de la vinflunine.
  • Toute condition médicale, psychiatrique ou anomalie de laboratoire pouvant empêcher le patient de se conformer aux contraintes du protocole.
  • Participation à une autre étude.
  • Patient privé de liberté, sous tutelle ou curatelle.
  • Sérologie VIH, VHB ou VHC positive.