Type: Tumeur solide.
Merck Sharp & Dohme (MSD) Update Il y a 3 ans

Étude MK-3475-587 : Étude d'extension de phase 3 multicentrique, ouverte évaluant la sécurité et l'efficacité à long terme du pembrolizumab chez des patients ayant des tumeurs avancées traitées ou faisant l'objet d'un suivi dans le cadre d'un essai clinique. Les tumeurs solides sont l’ensemble des cancers qui se développent dans n’importe quel tissu : peau, muqueuses, os, organes, etc. Ce sont les plus fréquentes puisqu’elles représentent 90% des cancers humains. On distingue 2 types de tumeurs : les carcinomes qui sont issus de cellules épithéliales (peau, muqueuses, glandes), et les sarcomes, moins fréquents, sont issus de cellules des tissus conjonctifs (exemple : cancer de l’os). Une tumeur est dite métastatique ou disséminée, lorsque les cellules cancéreuses ont migré à travers le corps, par la voie des vaisseaux sanguins ou lymphatiques et ont colonisé un ou plusieurs autre(s) tissu(s), loin de la tumeur d’origine. Différents organes peuvent être colonisés par ces métastases : os, foie, cerveau, poumon, etc. Mais la nature d’une tumeur reste toujours déterminée par son point de départ. Le traitement des tumeurs solides dépend des caractéristiques de la tumeur (ex : de la localisation de la tumeur, de son type histologique, de son stade, de la présence ou non de métastase). Le traitement de référence des tumeurs solides métastasiques est la chimiothérapie et la radiothérapie. Certaines cellules cancéreuses ont la capacité d’échapper aux défenses immunitaires qui protègent l’organisme. Les immunothérapies constituent un développement majeur pour les traitements anticancéreux, car elles sont capables de stimuler et de mobiliser le système immunitaire du patient contre la tumeur. Le pembrolizumab est un anticorps qui cible et bloque une protéine appelée PD-1 à la surface de certaines cellules immunitaires, appelée lymphocytes T. Le blocage de PD-1 amène les cellules T à rechercher et à tuer les cellules cancéreuses. Le traitement standard peut être une chimiothérapie par exemple. Il s’agit d’une norme de traitement appliquée dans les hôpitaux publics garantissant que tous les patients reçoivent des soins appropriés et efficace. En d’autres termes, il s’agit du « traitement de référence ». L’objectif de cette étude est d’évaluer la sécurité et l'efficacité à long terme du pembrolizumab chez des patients ayant des tumeurs avancées traitées ou faisant l'objet d'un suivi dans le cadre d'un essai clinique. L’étude comprendra 3 étapes : première période de traitement, période de suivi et deuxième période de traitement. Les patients seront inclus dans l’étape où ils étaient à la fin de l’étude parent. Les patients seront répartis en 2 groupes. Les patients du 1er groupe recevront du pembrolizumab toutes les 3 semaines, jusqu’à 35 cures ou plus pour la 1ère étape et jusqu’à 17 cures pour la 2ème étape. Le traitement sera répété toutes les 3 semaines en l’absence de progression ou d’intolérance au traitement. Les patients du 1er groupe recevront du pembrolizumab, associé au traitement standard, toutes les 3 semaines, jusqu’à 35 cures ou plus pour la 1re étape et jusqu’à 17 cures pour la 2ème étape. Le traitement sera répété toutes les 3 semaines en l’absence de progression ou d’intolérance au traitement. Les patients seront suivis pendant une durée maximale de 10 ans.

Essai ouvert aux inclusions
Hoffmann-La Roche Update Il y a 3 ans
Essai ouvert aux inclusions
Hospices Civils de Lyon (HCL) Update Il y a 3 ans

EVESOR : Essai de phase 1 visant à évaluer la tolérance de l’association de deux agents anticancéreux, évérolimus et sorafenib, à différentes doses et selon différents schémas d’administration, chez des patients ayant un cancer solide métastatique ou localement avancé. [essai clos aux inclusions] L’objectif de cet essai est d’évaluer la tolérance de l’association de l’évérolimus et du sorafenib administrés à différentes doses et selon différents schémas d’administration, chez des patients ayant un cancer solide. Les patients seront répartis en quatre groupes de traitement. Les patients du premier groupe recevront l’évérolimus seul une fois par jour pendant deux semaines, puis en association avec le sorafenib administré deux fois par jour. Ces traitements seront répétés toutes les quatre semaines jusqu'à quatre cures. Les patients du deuxième groupe recevront les mêmes traitements aux mêmes doses que dans le premier groupe, mais avec le sorafenib administré en premier. Les traiements seront répétés toutes les quatres semaines jusqu'à quatre cures. Les patients du troisième groupe recevront le sorafenib deux fois par jour, toutes les deux semaines, en alternance avec l’évérolimus reçu une fois par jour. Ces traitements seront répétés toutes les quatre semaines jusqu'à quatre cures. Les patients du quatrième groupe recevront le sorafenib deux fois par jour, trois jours consécutifs par semaine, associé à de l’évérolimus, administré tous les jours. Ces traitements seront répétés toutes quatre semaines jusqu'à quatre cures. Les patients recevront le sorafenib et l’évérolimus à des doses supérieures sous réserve d'une bonne tolérance. Des prélèvements de tumeur et de sang seront également collectés au cours de l’essai.

Essai clos aux inclusions