Type: Cancer du sein triple négatif métastatique.
Genentech Update Il y a 3 ans
Essai clos aux inclusions
Immunomedics Update Il y a 3 ans

Étude ASCENT : étude de phase 3 randomisée comparant l’efficacité du sacituzumab govitécan avec celle de l’éribuline, de la capécitabine, de la gemcitabine et de la vinorelbine chez des patients ayant un cancer du sein triple négatif métastatique. Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. Il représente plus du tiers de l'ensemble des nouveaux cas de cancer chez la femme. Un cancer du sein résulte d'un dérèglement de certaines cellules qui se multiplient et forment le plus souvent une masse appelée tumeur. Il en existe différents types qui n’évoluent pas de la même manière. Les cellules cancéreuses peuvent rester dans le sein ou se propager dans d’autres organes lors de la formation de métastases. De nombreuses cellules du cancer du sein ont des récepteurs d’oestrogènes ou de progestérone. Elles peuvent aussi avoir des récepteurs pour une protéine appelée HER2 ou ErbB2. Le cancer du sein triple négatif est formé de cellules qui n’ont aucun de ces récepteurs. Compte tenu de l’absence de ces récepteurs, on considère que le cancer du sein triple négatif est un type distinct de cancer du sein avec ses propres options de traitement. Le sacituzumab govitécan est un nouveau médicament potentiel ayant montré une efficacité dans de précédentes études contre le cancer du sein triple négatif. L’objectif de cette étude est de comparer l’efficacité du sacituzumab govitécan avec celle de l’éribuline, de la capécitabine, de la gemcitabine et de la vinorelbine chez des patients ayant un cancer du sein triple négatif métastatique. Les patients seront répartis de façon aléatoire en 2 groupes. Les patients du premier groupe recevront du sacituzumab govitécan une fois par semaine pendant 2 semaines. Le traitement sera répété tous les 21 jours jusqu’à progression de la maladie ou intolérance au traitement. Les patients du deuxième groupe recevront de l’éribuline une fois par semaine pendant 2 semaines, répété les 21 jours ou de la capécitabine 2 fois par jour pendant 2 semaines, répété tous les 21 jours ou de la gemcitabine une fois par semaines pendant 3 semaines, répété tous les 28 jours ou de la vinorelbine 1 fois par semaine. Tous les traitements seront répétés jusqu’à la progression ou intolérance au traitement. Les patients seront suivis pendant 3 ans.

Essai ouvert aux inclusions
AstraZeneca Update Il y a 3 ans

Étude VIOLETTE : étude de phase 2 randomisée comparant la sécurité d'emploi et l'efficacité de l’olaparib en monothérapie avec celles de l’olaparib en association avec de l’AZD6738 et celles de l'olaparib en association avec de l’AZD1775 chez des patients ayant un cancer du sein triple négatif métastatique. Le cancer du sein triple négatif représente 15 à 20 % des cas de cancer du sein nouvellement diagnostiqués. Le cancer du sein triple négatif est habituellement sensible à la chimiothérapie mais il a tendance à réapparaître au cours des 5 premières années suivant le traitement. De plus, on ne peut pas administrer aux patients ayant un cancer du sein triple négatif d’hormonothérapie ni de thérapie ciblant les récepteurs des oestrogènes ou de la progestérone car ces patients ne possèdent pas ces récepteurs. Par conséquent, il est nécessaire de trouver d’autres stratégies de traitement. L’objectif de cette étude est de comparer la sécurité d'emploi et l'efficacité de l’olaparib administré seul avec celles de l’olaparib associé à de l’AZD6738 et celles de l'olaparib associé à de l’AZD1775 chez des patients ayant un cancer du sein triple négatif métastatique. Les patients seront répartis de façon aléatoire en 3 groupes : Les patients du premier groupe recevront de l’olaparib seul deux fois par jour lors de cures de 4 semaines. Les patients du deuxième groupe recevront de l’AZD6738 une fois par jour lors de la première semaine associé à de l’olaparib en continu deux fois par jour lors de cures de 4 semaines. Les patients du troisième groupe recevront de l’AZD1775 deux fois par jour les trois premiers jours de la première et de la deuxième semaine associé à de l’olaparib administré 2 fois par jour lors de cures de 3 semaines. Les patients seront suivis pendant une durée maximale de 3 ans et demi.

Essai ouvert aux inclusions